Baudelaire entre terre et Seine

L’île Saint-Louis, aujourd’hui havre de paix, a longtemps été le refuge d’artistes maudits. En tout premier lieu Baudelaire, qui y prit réellement son envol. Conquis par son charme et sa situation privilégiée, il décida de s’y établir pour quelques fécondes années. Il y reçut la visite de Théodore de Banville, de Théophile Gautier, ou encore du peintre Eugène Delacroix. Quoi d’étonnant à ce que Zola ait situé sur l’île l’atelier de Claude Lantier, archétype même du peintre maudit ?
Une balade qui fait la part belle au fantasque et génial poète et qui évoque aussi quelques destins singuliers d’artistes décriés en leur temps et aujourd’hui célèbres…

Lieu de rendez-vous :

Sortie métro Pont Marie

Prix :

12 € / adulte - 8€ / 8-18ans et demandeurs d'emploi

s'inscrire
Pour en savoir plus :

Charles Baudelaire : Les fleurs du mal

A lire et à relire sans modération...

Louis Aragon : Quai de Béthune

Un poème hommage à l'île tant aimée du poète

Raymond Boulharès – Marc Soléranski : L'hôtel de Lauzun : trésor de l'île Saint-Louis

Artelia, 2015

Première étude complète consacrée au joyau mal connu de l'île Saint-Louis, ce livre est un ouvrage remarquable, tant par la qualité de son texte que par les reproductions des magnifiques décors XVIIe de l'hôtel. C'est là, sous les combles, que le jeune Charles commença l'écriture de son chef d'oeuvre, Les fleurs du mal, là aussi qu'il assista, en voisin, aux séances du club des haschischins.

Roger de Beauvoir : Les mystères de l'île Saint-Louis : chroniques de l'hôtel Pimodan

Phébus, 2011

Ecrivain aujourd'hui oublié, Roger de Beauvoir a été fort judicieusement réédité par les éditions Phébus. Avec cette fiction historique, dans la veine des romans de cape et d'épée, il nous conte le lotissement de l'île Saint-Louis et la construction de l'un de ses joyaux, l'hôtel Pimodan, aujourd'hui connu sous le nom d'hôtel de Lauzun.

Théophile Gautier : Le club des haschischins

Intégrée aux Contes fantastiques de Théophile Gautier, cette nouvelle est cependant tirée de faits réels qui se sont produits dans l'hôtel de Lauzun, où le Club des haschischins tint ses réunions mensuelles de 1844 à 1849. Théophile Gautier en fut membre, mais également Charles Baudelaire, Gérard de Nerval, Alexandre Dumas et bien d'autres.

Emile Zola : L'oeuvre

Ce roman de la série des Rougon Macquart est sans doute le plus personnel d'Emile Zola. Il s'y attache au destin de Claude Lantier, archétype même de l'artiste maudit, qui demeure, lui aussi, sur l'île Saint-Louis.

Dominique Bona : La passion Claudel

Grasset, 2006

Autre artiste maudite de l'île, Camille Claudel, élève surdouée et maîtresse de Rodin, occupa un atelier quai de Bourbon. Camille, le sculpteur, Paul, l'écrivain : une biographie réunit les destins passionnés des Claudel, soeur et frère.

Et pour en savoir plus sur Baudelaire

Didier Blonde : Baudelaire en passant

Gallimard, 2003

Didier Blonde, infatigable chineur parisien, enquête sur le poète disparu cent cinquante plus tôt et le suit dans ses déambulations parisiennes, un Paris qu'il ne reconnaît pas, éventré par les grands travaux hausmanniens.

Jean-Paul Avice – Claude Pichois : Passion Baudelaire

Textuel, 2003

Une approche transversale de l'univers du poète, par les ambiances dont il s'est imprégné, mais aussi ses brouillons, ses journaux intimes et ses épreuves corrigées. Passionnant.

Vous avez aimé cette visite, partagez-le... !
Partagez cet article sur la plateforme de votre choix
Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *